Quand cela ne se passe pas comme prévu

Il y a 2 jours, je vous parlais de slalom entre les dépressions pour éviter les vents forts … j’y croyais encore au vu des fichiers météos que je charge chaque jour depuis le service « saildocs » par communication satellitaire à bas débit, de qualité de service assez médiocre, ce qui limite sérieusement la taille des fichiers que l’on peut échanger.

Puis tout à coup, le nouveau fichier montre une seule grosse dépression qui a bouffé toutes les autres, qui se creuse, qui ne se déplace presque plus. Un barrage que je me demande bien comment traverser. Il y a un trou qui passe par le centre de ce monstre et qui permettrait de passer.

Aussitôt la route est modifiée; on s’écarte de la route vers Trondheim, mais on pourra passer.
C’est sans compter que la coquine a placé son centre 25 nM à l’ouest de ce que prévoyait le modèle GFS; au lieu de passer tout droit, c’est 35 à 45 noeuds de face qui nous attendent.
On fait quoi, demande l’équipage. Après un petit moment de réflexion, c’est une mise à la cape pour reposer l’équipage, skipper compris, et attendre le nouveau fichier pour avoir un nouveau plan pour sortir de la nasse.

Le passage existe toujours, mais 25 nM plus à l’ouest et cette dépression occupe toute la mer de Norvège, reste désespérément stationnaire sans vraiment se résorber.
Du sport au moins pour les prochaines 24 heures.

PS: l’équipage et le bateau se portent bien et depuis ce matin nous faisons route vers moins de vent et le sud.

Dominique Hausser à bord de Cruising Swiss 5, dimanche 13 août 2017

Aucun commentaire pour "Quand cela ne se passe pas comme prévu"